Intestin libre ou maladie, il faut choisir...

Ceux qui me connaissent, ou qui ont eu recours à mes conseilles, savent que mon discours s'oriente rapidement vers l'élimination des déchets stockés dans l'organisme lorsqu'il s'agit de faire face à la maladie, ou de la préserver. Il est, en effet, impossible de vivre à long terme dans une maison dont les égouts seraient bouchés et les poubelles jamais évacuées. Hors, nos intestins font partie de nos « égouts » corporels, tel que nos reins, notre peau et nos poumons. Nous devons donc respecter et entretenir nos émonctoires (les portes de sortie de nos déchets) si nous souhaitons recouvrer notre santé et la conserver, c'est une question de bon sens.

 

Grâce, entre autres, à un régime alimentaire correct, il est non seulement possible d'éviter un très grand nombre de problèmes intestinaux et d'interventions chirurgicales, mais également de prévenir les maladies chroniques qui prennent naissance dans nos intestins

 

Le Docteur Burkitt, un célèbre chirurgien anglais (1911 - 1993), a déclaré devant un parterre de 200 médecins américains que les troubles tels que l'obésité, le diabète, l'hernie hiatale, l'appendicite, la diverticulose, la colite, les polypes et le cancer du côlon, sont quasiment inconnus des populations rurales de l'Afrique de l'Est. 

 

Le régime alimentaire des populations rurales de l'Est Africain se compose essentiellement de fruits frais, de légumes et de céréales à grains entiers. Le gros son de ces grains absorbe l'eau, augmente la masse des déchets intestinaux et accélère l'élimination, tout en conservant les intestins propres et sains. La farine blanche, le sucre (surtout le blanc) et autres hydrates de carbone raffinés si présents dans les pays occidentalisés et les villes d'Afrique ne font manifestement pas partie du régime alimentaire des régions rurales. Les conclusions de Burkitt sont basées sur des données rassemblées au Congo, au Kenya, en Ouganda, au Soudan et dans d'autres régions sous-développées du monde. 

Les recherches sur le cancer menées à l'Université de San Fransisco indiquent que le côlon intoxiqué et constipation sont liés à l'apparition de cellules anormales ailleurs dans le corps. Une bonne hygiène intestinale par le biais d'une alimentation correcte est, selon le Docteur Burkitt (entre beaucoup d'autres), la clé pour prévenir de très nombreuses maladies et éviter d'inutiles interventions chirurgicales. La surconsommation d'hydrates de carbone raffinés est, pense-t-on, à l'origine de l’artériosclérose et du diabète, tandis que l'absence d'une quantité suffisante de fibres augmente les changements de pression dans les intestins à l'origine des maladies du côlon. Un excès d'hydrates de carbone raffinés favorise le développement de mauvaises bactéries et de putréfaction dans les intestins, modifie l'équilibre chimique intestinal et ouvre la porte aux colites ulcéreuses, aux polypes et au cancer du côlon.

 

Le Docteur Burkitt pensait visiblement qu'un faible apport en fibres et la consommation excessive de produits à base de sucre blanc et de farine blanche contribuent ou favorisent l'apparition de nombreuses maladies de civilisation. D'après les recherches du Docteur Burkitt, un Bantou (population rurale de la partie Sud de l'Afrique) a une durée de transit au moins deux fois plus rapide qu'un européen moyen.

 

Hors, le temps passé par les déchets alimentaires dans les intestins détermine :

  • l'ampleur de la putréfaction,
  • la vitesse de multiplication des mauvaises bactéries,
  • la quantité de graisse absorbée par la paroi intestinale (devenue poreuse à cause d'un mode alimentaire délétère),
  • et le type de toxines chimiques se développant dans les intestins et les traversant.

Le Docteur Burkitt a démontré que les africains qui partent travailler dans les villes ont tendance à changer leur régime alimentaire et à tomber plus souvent malades. Ils mangent plus de sucre blanc et de farine, moins de fibres, et les effets négatifs se font sentir dans leurs intestins et ailleurs. 

 

Le médecin de la famille royale anglaise, Sir Arbuthnot Lane, pensait lui aussi que l'état des intestins était directement lié aux maladies qui se déclarent ailleurs dans le corps. Il fut impressionné par les travaux qu'il observa dans le laboratoire du prix Nobel, le Docteur Alix Carrel, au Rockfeller Institute en 1911. Celui-ci cultivait des tissus vivants sur des lames de microscopes. Tant que les tissus vivants étaient nourris tous les jours et que les déchets étaient enlevés, les tissus prospéraient. Si les déchets cellulaires n'étaient pas enlevés, les cellules se détérioraient peu à peu et finissaient par mourir en l'espace de quatre jours. Lane était donc convaincu que de nombreuses maladies étaient provoquées par la réponse de l’organisme à sa propre production de déchets toxiques, en particulier quand il s'agit des intestins.

 

Il est significatif que les chirurgiens et les médecins commencent à comprendre l'importance de l'hygiène intestinale dans la prévention de la maladie.

 

Il est impossible d'avoir un corps en bonne santé sans avoir un sang propre, et nous ne pouvons avoir un sang propre sans avoir des intestins propres avec une bonne tonicité qui leur permette de faire avancé les déchets rapidement.

 

N'oubliez pas... Les intestins intoxiqués sont la source de très nombreux problèmes de santé !

 

Philippe Gilson

Écrire commentaire

Commentaires: 0